OliverBlog

> Débit à l’expédition : véritable avancée ou tarte à la crème ?

Posted on: 9 mars 2009

Un titre un peu long j’en conviens, mais ça faisait un mois que je n’avais pas produit le moindre billet, autant marquer le coup… Grosse fatigue, grosse grippe et grosse fatigue. (j’ai du mal à m’en remettre et comme dirait ma belle mère, j’arrive à un âge où je vais devoir songer à me faire vacciner !)

Bref, on a lu pas mal de chose ici ou sur le sujet (celui du titre, pas la grippe, suivez un peu que diable !) ces derniers jours suite à la remise par la FEVAD à Luc Chatel de son rapport sur la protection des consommateurs suite à la défaillance d’une entreprise de Vente à Distance.  C’est un sujet qui couve depuis la débacle de la Camif et dès janvier Daniel s’interrogeait déjà en listant les implications de manière très pertinente.

fevad-chatel

La FEVAD va donc demander à ses adhérents (dont nous sommes) de mettre en place sans tarder le paiement à l’expédition de la commande plutôt qu’au moment de la commande. Why not ?

Ceci étant accepté, on se rend très vite compte que cela va être plus facile à dire qu’à faire.
Je passe sur le décalage de trésorerie, même s’il n’ira sans doute pas sans poser quelques problèmes à certains.
Je passe sur la mise en place technique, même si elle n’ira sans doute pas pas sans poser des problèmes à certains. Il peut être simple de valider les paiements lorsque les expéditions se font dans les 48 heures suivant la commande ou  quand le nombre de commandes est limité. C’est surement moins simple quand sur une journée de commandes les délais d’expédition vont varier selon les colis entre 24 h et 10 ou 12 jours… Il faut chaque soir faire remonter les commandes expédiées et valider leur encaissement… Voui, voui, voui… Bon, en tout cas c’est faisable.

Sans doute tout cela est-il souhaitable. La démarche vers la qualité avec mise en place d’un label ne peut que profiter à tous. Consommateurs comme commerçants.

Une fois qu’on a dit ça, il reste quand même qu’à mon sens, ceci ne règle pas parfaitement le problème de la vulnérabilité du consommateur face à la défaillance de la société auprès de laquelle il a contracté.

On le voit très bien dans l’excellent rapport de la FEVAD. Je vous engage d’ailleurs vivement à le lire dans son intégralité.
Ce rapport détaille les garanties déjà existantes dans le droit positif avant de procéder à une analyse des risques encourus par le consommateur à chacune des étapes du processus d’achat, en cas de défaillance de l’entreprise auprès de laquelle il a passé commande.
C’est un travail pédagogique REMARQUABLE qui au final (à mon sens) montre à quel point la démarche est une preuve de bonne volonté du e-commerce mais ne règlera pas le fond ! Les paramètres à prendre en compte sont nombreux, complexes dès lors qu’on englobe l’exercice du droit de rétractation et du droit au remboursement, à l’échange etc… avec une entreprise qui n’était pas en liquidation au moment de l' »expédition mais qui l’est au moment du retour… etc..

Si en plus on considère que ce principe, laisse, en réalité dans les faits, au marchand la possibilité de valider quand il le souhaite (expédié ou pas), on n’est toujours pas à l’abri des abus et des tricheurs… un fonds de garantie me semblerait bien plus efficace.  Avec participation acquittée par tout e-commerçant (une sorte d’assurance professionnelle obligatoire dont la prime serait fonction du CA, du panier moyen et du nombre de commandes annuelles).

Enfin pour conclure, je me demande quand même pourquoi nos législateurs sont aussi prompts à s’enflammer dès lors qu’il s’agit du e-commerce. Certes la liquidation de la Camif est à tous points dramatique et des milliers de consommateurs ont été lésés.
J’aimerais quand même autant d’empressement à traiter les problèmes de ceux qui, ayant contracté auprès d’une entreprise du bâtiment pour le chantier de leur pavillon, se retrouvent le bec dans l’eau lors de la défaillance, avec un chantier sur les bras et des sommes bien plus conséquentes que celles d’un achat sur le net à se mettre derrière l’oreille !

Une proposition pour finir : que le gouvernement, au regard des dizaines de milliers d’emplois directs et induits par la VAD et le e-commerce, mette en place un (petit) fonds de garantie de 4 ou 5 milliards pour couvrir les défaillances éventuelles du secteur. Comment ça faut pas rêver ?

Pour les adhérents FEVAD qui ne seraient (pas encore) au courant. Une réunion sur la mise en place de la nouvelle norme Fevad est prévue le 25 mars prochain

6 Réponses to "> Débit à l’expédition : véritable avancée ou tarte à la crème ?"

je trouve très malsain l’idée d’un tel fond alimenté par les professionnels du secteur

dans mon univers produits, depuis le démarrage de Discounteo j’ai vu des sites concurrents se monter sur un véritable principe d’arnaque et laisser des clients dans la panade
Showroom2001 n’est qu’un parmi d’autres

Il est complèment malsain que les e-commerçants sérieux payent pour les malhonnêtes. Surtout si dans le même temps on n’apporte aucune solution pour réguler le marché à l’entrée

>Il est complèment malsain que les e-commerçants sérieux payent pour les malhonnêtes

Oui Daniel je suis bien d’accord avec toi, mais… c’est pourtant bien ce qui est en train de se passer sous une autre forme. Pour l’assurance ça ne serait pas très différent de l’assurance auto. On pourrait imaginer des bonus et des malus… Là en fait qu’est ce qui se profile ? Les adhérents Fevad vont encaisser à l’expédition… très bien et après ? Quid des 45 000 autres sites ? Est ce que ça va empêcher les arnaques : non. Donc on retapera sur le e-commerce.
Mon problème face à cette disposition, ça n’est pas la disposition elle même, c’est le fait que sur le fond, elle ne règle rien ou pas grand chose.

Il est stipulé que ces proposition se font sur la abse du volontariat et sans aucune obligation.
Toutefois, nul doute que la mise en avant de garantie vis à vis du client engage à l’assurance.
Quant au fond de garantie, je pense qu’une système d’assurance est bien plus acceptable, quoique plus complexe à mettre en oeuvre.

Il n’en reste pas moins que la législation systématique sur base de lobbying des associations de consommateurs n’est pas toujours efficace : cela représente un brin de paille sur l’ensemble, mais tellement plus facile à taper dessus.

Regardez l’histoire de la gratuité du temps d’attente chez les FAI : personne n’a parlé de la SNCF, de la sécu, des ASSEDIC (paix à leur âme) qui proposait un service pire, et souvent plus cher. J’ai encore un mauvais goût dans la bouche suite à 2 séances de travail à ce sujet (pourtant, 3 ans déjà).

Donc, bon, l’action de la FEVAD est très bonne dans ce cas : prendre les devants en remettant les choses à leurs places (rôle des partenaires financiers, lacunes potentiel du droit actuel, …)

Je crains également que l’ensemble de la profession paye pour les quelques défaillants, or il y aura toujours des défaillances, et rien n’empêchera les malhonnêtes de repasser leur système en déclenchement des paiements immédiat pour combler les soucis de trésorerie. Vous vérifiez la date de prélèvement sur votre carte bancaire pour tous vos achats, en appliquant les dates de valeurs variables entre les organismes bancaires ? Moi pas…

Dans les soucis techniques que j’entrevois : comment concilier paiement à l’expédition et 3Dsecure ? Un cas d’école, je reçois un paiement le 31/01 vers 21h30, valide, mais la carte bancaire expire fin janvier, j’expédie le lendemain, comment être payé ?

Alex.

Alex > Les certificats de transactions sont valables jusqu’à 6 jours
Au delà en effet le risque existe et 3D secure ne peut pas être renouvelé…

Est ce que cela va constituer un plus pour le consommateur, et peut etre augmenter le CA des commerçants qui vont pratiquer le débit a l’expédition ? A première vue je pense que non, pas de manière significative.

Pour infos, en Allemagne le paiement par CB est assez rare, il se fait par chèque a réception.

Les commentaires sont fermés.

OliverBlog

E-commerce
architectureS
pêche à la mouche
& autres lubies...

Retrouvez-moi sur Twitter

RSS e-commerce JDN

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :