OliverBlog

Archive for the ‘Veille’ Category

A l’approche de Noël, haute saison s’il en est pour tous les e-commerçants, la performance du site est forcément au coeur du dispositif. Un site lent vous fera perdre des clients sur le bord de la route et votre taux de transformation, si patiemment ciselé au fil de l’année en prendra fatalement un coup… Le Capitaine donnait d’ailleurs ici il y a quelques temps quelques utilitaires Firefox pour détecter les lenteurs et optimiser le chargement de vos pages.
Bref il est plus que jamais temps de se poser les bonnes questions…

Quels sont les temps d’accès à votre site ? Quelle est sa disponibilité ? Quel est le temps de chargement de votre page d’accueil ? n’y a t- il pas sur cette page un composant qui à lui seul freine l’affichage de manière inconsidérée ? Comment se situent les performances de votre site par rapport à ceux de vos concurrents ?… Comment recevoir une alerte en cas d’indisponibilité de mon site ? etc…

ecran-woozweb

Autant de question auxquelles vous trouverez la question grâce au monitoring.
IP-Label ou NetVigie par exemple, sont parmi les services les plus connus. Mais ils ne sont pas gratuits.
Il existe un service gratuit qui vous donnera des infos précieuses : Woozweb.
Woozweb est à la fois un observatoire du web et un service de monitoring. En tant qu’observatoire du web, Woozweb recueille une grande quantité d’informations concernant les sites significatifs  (environ 10 000 des plus grands sites français), les analyse et les met à disposition des personnes intéressées, c’est à dire nous tous 😉
Une somme considérable d’informations librement accessibles, sans inscription.

Vous pouvez utiliser Woozweb pour mettre sous monitoring les sites qui vous intéressent : votre blog perso, le site de votre entreprise, de vos concurrents, ou n’importe quel autre site.

Le mieux est d’aller faire un tour sur Woozweb pour vous rendre compte par vous-même de ce qu’il est possible d’avoir comme infos

> Woozweb FAQ

Publicités

J’ai découvert Ferank un peu par hasard en fin de semaine dernière en farfouillant sur des forums de webmasters pour trouver quelques infos sur un de mes thèmes de recherches du moment…
Il semble que ce service – un peu dans la même veine que Getclicky mais en Français – soit tout récent. Bon d’accord, leur page de demo avec vous seul dessus (voir ci dessous) n’est pas vraiment convaincante,  mais une fois branché sur un site en activité, ça devient évident…

ferank-demo

Ferank vous permet de suivre en temps réel sur votre site :
– L’analyse de fréquentation en nombre de visiteurs par heure et par jour
– Le taux de rebond
– Le taux de visiteurs connus
– Le temps moyen de visite
– La configuration informatique de vos visiteurs (navigateur, resolution ecran, systeme, plug in installés…)
– Les mots clés qui vous apportent du trafic et depuis quel moteur
– Les liens externes qui vous apportent du trafic
– Le suivi de vos campagnes publicitaires
– Le pays, la région, la ville et la langue de vos visiteurs
– L’analyse du comportement de vos visiteurs
– Les pages les plus visitées
– Gestion des objectifs et des conversions
– Récupération de statistiques via une API XML ou PHP
– Envoi de rapports détaillés par email
– Exportation multiformat et génération de sitemap
– Monitoring du temps de réponse en temps réel
– Statistiques privées et protégées par mot de passe
– Cryptage SSL AES-256 Bits pour une haute sécurité
– Compatible avec les sites web en HTTPS…

En gros il fait ce que votre service de stats vous donne mais il le fait en temps réel.
Il vous permet aussi de fixer des objectifs (sur des pages d’arrivée ou pages de sortie) en rapport par exemple avec une campagne ou un lien et de suivre les objectifs en temps réel.

Un exemple : vous envoyez une newsletter avec un lien vers un produit, vous visualisez en temps réel le nombre de visites depuis la lettre et le résultat/à l’objectif fixé…

L’interface (en flash) est assez conviviale et paramétrable. Une appli iphone est annoncée pour bientôt.

Tout ça s’installe très vite et très très facilement (pose d’un simple tag) et, en version pro, (que je vous conseille) ça coûte 9,90 euros… en tout et pour tout en illimité. C’est un investissement qui peut se faire non ?

Juste un truc. Attention, il est très tentant et quasi hypnotique de suivre le défilement ininterrompu des pages qui s’ouvrent sur votre site (les pages que visitent vos internautes), et même s’il est possible de mettre en mode pause, il n’est pas du tout certain que ce soit là que se tienne la vraie valeur du service et du temps réel par rapport a des solutions de reporting.
A vous de voir ce que ça peut vous apporter. Moi j’ai trouvé 😉

Enfin, le voilà, je l’ai entre les mains. (Merci à Chaz McCrobie-Quinn qui chez IR a suivi les péripéties de ma commande et a fait en sorte que je reçoive enfin le pavé)

Première constatation, c’est encore plus riche que les années passées. La somme d’infos sur les 500 plus gros sites américains est considérable et les classements et comparatifs riches d’enseignements.
Le temps de me plonger dans le détail des 450 pages et je vous présenterai (enfin j’essayerai) un site ou un secteur dans le détail.

Juste pour vous mettre l’eau à la bouche…

Les sites sont classés de 1 à 500 en fonction de leur CA web 2007
(14 800 000 000$ pour le 1er et 6 400 000$ pour le 500e).
Outre une présentation générale résumant les points marquants,
chacun a une fiche détaillée sur laquelle on trouve :

– Les éléments financiers (CA 2007, 2006, 2005, 2004 et % de croissance 2007)
– Les données liées à l’activité (Visites/mois, Visiteurs uniques/mois, Taux de transformation, panier moyen, nombre de références proposées sur le site)
– Données sur le site (URL, année de création, secteur d’activité, type de marchand = Web only, Chaine de magasin…)
– Satisfaction client, fournies par ForeSee (usabilité du site, intention de réachat).
– Performances techniques (temps de réponse, Taux disponibilité, Ratio)
– Marketing (positionnement moteurs, naturel et payant, % / trafic de nouveau acheteurs en 2007, idem pour 2006, %  / trafic ré-acheteurs en 2007, idem en 2006, nombre de campagnes mail/mois, dont avec personnalisation, avec incentive, nombre d’affiliés)
– Informations corporate (Dirigeant, coordonnées)

mais aussi :

– Fonctionnalités du site marchand (recherche avancée, programme affiliation, e-mail a friend, enchères, coupons, parrainage, navigation assisistée, FAQ, Blogs…. etc, etc) la liste est longue !
– Paiements sur le site (Visa, American Express, Paypal, Bill me Later….)
– Service clients (Compte client, compte, suivi commande, confirmation commande, chat, satut de commande etc…)

et enfin liste des services (Affiliation, CRM, E-mail marketing, serach marketing, recherche sur le site… etc…) avec l’indication du traitement interne ou de l’externalisation et le nom du prestataire.

Enfin toutes ces fiches détaillées sont complétés par des classement sectoriels (santé, sports, mode et accessoires, High tech….), un classement « plus belles croissances » et « plus beaux gadins », (on apprend par exemple que les ventes web de palm.inc sont passées de 91 millions de $ en 2006 à 55 millions de $ en 2007) les classements « Pure players » et « Brick and Mortar » , un dossier sur les pratiques des 500 sites en matière de e-mailing, des tableau de moyennes sur les performances techniques, les positionnement des uns et des autres sur le référencement naturel et payant et ce par secteur…

Et encore plein d’autres choses 😉

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu un problème avec un achat sur internet… Le dernier remontait à un petit souci sur la marketplace d’Amazon (assez vite réglé), mais vu le nombre de commandes que je passe sur le net (et oui je vis à la campagne moi mossieu !), mon dégré de satisfaction générale pour mes achats à distance frise le 100 %.

Tous les ans, je commande le Top 500 Guide, cette bible du e-commerce US. C’est un outil fantastique pour qui veut avoir les données sur nos modèles d’Outre Atlantique. Classements par secteurs d’activité, CA, CA/canal de vente, visiteurs uniques, répartition du trafic, taux de transfo, nombre de références vendues en ligne… toutes les infos sont là-dedans pour tous les grands (et moins grands) acteurs. On en arriverait à souhaiter autant de transparence chez nous, pour une version française.

Je commande donc l’objet de mon désir le 4 septembre (c’était mon anniversaire, pas de raison de me refuser à moi-même ce petit cadeau !) et en date d’aujourd’hui, toujours rien ! Toutefois, je ne m’énerve ni ne m’inquiète. J’ai reçu réponse rapide à tous mes mails de demande d’information. Il semble que désormais, IR ait procédé à 3 envois (le dernier en date de ce matin). Nous avons vérifié l’adresse, tout est pourtant OK. Les transports ma bonne dame, c’est la chienlit !

Bref, moi qui comptais faire un billet sur un petit compte rendu de « ma bible » en septembre, et j’en suis réduit à parler se son absence dans ma boîte aux lettres en octobre. En matière de vente à distance, et même avec les américains, même avec les plus sérieux des sérieux, le zéro défaut ça n’existe pas ! Qui dit vente à distance dit « distance » et ça c’est un paramètre qui change tout…

Petit billet non programmé initialement mais bon, l’occasion fait le larron !
Hier je mets en ligne mon petit topo sur l’envoi de mails malveillants et les alertes communiquées par La Poste. Aujourd’hui je constate (et oui moi aussi je veille) les visites sur mon blog (et en particulier sur cet article) de services de veille qui  « écoutent » le web pour le compte des marques. Rien d’étonnant à cela, nous avons nous même un service de veille. Tout e-commerçant connait l’impérieuse nécessité d’avoir les oreilles grandes ouvertes. Vers la concurrence mais aussi vers l’opinion.

Si ce n’est que, mon blog ne drainant pas des millions de visites, je reste épaté par la vitesse et la finesse du repérage et ne peux que louer la conscience professionnelle des spécialistes de la veille d’opinion qui oeuvrent pour La Poste. Je comprends qu’ils passent tous les matins chez PresseCitron mais chez moi… ??
Belle abnégation !

Et je découvre à cette occasion Human to Human. Une agence (ou « cellule », ça fait plus DGSE) de communication conversationnelle, qui compte parmi ses clients la RATP, La Poste, le SNEP, TF1, le Ministère de l’Economie des Finances et de l’Emploi, Bouygues, Carrefour, j’en passe et des meilleures.. que son fondateur présentait ainsi dans un article de Stratégie sur le thème des marques et de la relation client :

« Avec le Web, une conversation mondiale s’est engagée, qui ne s’arrêtera plus. Pour ne pas mourir, les entreprises doivent retrouver une voix humaine et y participer »

Sans ironie aucune, j’ai bien aimé le site Human to Human et vous invite à y faire un tour.
Il n’y a qu’une page (parce que c’est plus facile à surveiller ?).
N’hésitez pas à visiter leurs réalisations pour la RATP ou le SNEP…

Sur leur site vous découvrirez notamment que nous sommes tous :

« des individus versatiles, tour à tour consommateurs, clients, usagers et avant tout des citoyens interconnectés… »

Tout ça pour dire que savoir comment sa marque est perçue est important pour une entreprise et que savoir que c’est important est vital. Me fais-je bien comprendre ? Hum, j’ai un doute… Lisez lentement.

Bon maintenant une dernière question se pose. Vont ils repérer ce billet sur eux ou bien ne veillent ils que les marques de leurs clients ? A suivre


OliverBlog

E-commerce
architectureS
pêche à la mouche
& autres lubies...

Retrouvez-moi sur Twitter

RSS e-commerce JDN

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.